Poèmes

Plan

Texte

Fluors

Schoppa da fain

tuot la pradaria d’Ardez
aint illa coppa
dal giantar

Pleds sgiagliats
immez las plantas
da la giardinaria
da Susch
dalöntsch e dastrusch

Quista sta
las fluors
e la poesia
s’inscuntran
dapartuot

 

Fleurs

Soupe de foin

Toute la prairie d’Ardez
dans la soupière
du repas

Mots bariolés
au milieu des plantes
de la jardinerie
de Susch
de près et de loin

Cet été
les fleurs
et la poésie
se rencontrent partout
1

 

 

(sans titre)

Cun ir tras cumün
doda pleds ladins
chi svolan
sur meis cheu

Musica giuvna
da balcun

            a balcun
üna baderlada
dal daman
tanter ün vegl
ed üna veglia
da suldüm
            a suldüm

in plain tschêl

 

(sans titre)

Traversant le village
j’entends des mots ladins
qui volent
            au-dessus de ma tête

Jeune musique
de fenêtre
            à fenêtre
une causette
matinale
entre un vieux
et une vieille
de solitude
            à solitude

en plein ciel

 

 

Psalm

“Da pitschen insü”
Quests pleds aint il cudeschin
am guardan cun charezza

“Da pitschen insü”
els chantan in meis cour
üna chanzunetta d’adüna

“Da pitschen insü”
cumpagnun da
                       not e di
tanter clom e
                       silenzi
Tü es quia
In mia vita

“Da pitschen insü”

 

Psaume

Da pitschen insü
Ces mots dans le Livre
me regardent avec tendresse

Da pitschen insü
Ils chantent dans mon cœur
une petite chanson de toujours

Da pitschen insü
Compagnon de nuit et de jour
entre silence et cri

Tu es là
Dans ma vie
Toi

Da pitschen insü

                                              Da pitschen : de petit

                                              Insü : vers le haut

                                              Psaume 71:17 dès ma jeunesse (trad. Segond)

 

 

(sans titre)

Aint il fö da la not
tscherchar amo
tscherchar e chattar ün pled
aint il sgurbigl da mia vita
tscherchar üna nouda
ün givgöl d’infanza
            cotschna natta

Chi sa?

Aintasom
aint il lain
il fastizi forsa
            da la resgia

 

(sans titre)

Dans le feu de la nuit
chercher encore
chercher et trouver une parole
dans l’enchevêtrement de ma vie
chercher un signe
            une marque d’enfance
            – rouge cicatrice –

Qui sait ?

Tout au fond
dans le bois
la trace peut-être

            de la scie

 

 

Metafras

Sün la Plazzetta d’Ardez
il furbaz
al piz d’üna stanga
va intuorn ed intuorn
e sbaluonzcha
aint illa not

I’s dschess ün fastü
aint ils trabügls dal vent

                        *

Dasper il banc
da la Platta fessa
ün fastü
a’s mouva intuorn ed intuorn
e sbaluonzcha
aint il sulai

I’s dschess il furbaz da La gïa magica
sün la Plazzetta d’Ardez

 

Métaphores

Sur la Petite place d’Ardez
l’acrobate
à la pointe d’une perche
tourne et tourne
et se balance
dans la nuit

On dirait une graminée
dans les tourbillons du vent

                        *

Près du banc
de la Platta fessa
une graminée
tourne et tourne
et se balance
dans le soleil

On dirait l’acrobate de La gïa magica
sur la Petite place d’Ardez

 

 

Mumaint

Il sprinzaröl
      fa la rouda
            pavun
aint il sulai
funtana sagliainta

«Il mumaint
es rai
da l’eternità»

 

Moment

Le jet d’arrosage
      fait la roue
            paon
dans le soleil
source qui jaillit

« Le moment
est roi
de l’éternité »

1 On nous a servi à l’hôtel Alvetern une soupe aux fleurs nommée schoppa da fain (soupe de foin). Le lendemain, nous avons participé à une lecture de

Notes

1 On nous a servi à l’hôtel Alvetern une soupe aux fleurs nommée schoppa da fain (soupe de foin). Le lendemain, nous avons participé à une lecture de poèmes dans la serre d’une jardinerie…

Citer cet article

Référence électronique

Denise Mützenberg, « Poèmes », Carnets de Poédiles [En ligne], Babel, mis en ligne le 25 mai 2023, consulté le 09 décembre 2023. URL : https://carnets-poediles.pergola-publications.fr/index.php?id=248

Auteur

Denise Mützenberg

Poète, éditrice, traductrice du romanche ; sampoesie[a]gmail.com

Denise Mützenberg, née le 3 septembre 1942, est auteure de nouvelles et de poèmes. En 1992, elle a créé les éditions Samizdat en publiant Dschember Schamblin, un recueil écrit en vallader, idiome rhéto-roman dont elle était tombée amoureuse à travers son mari Gabriel. Bientôt rejointe par sa jumelle Claire Krähenbühl, elle a dirigé durant 25 ans cette officine de poésie. Sa passion du romanche l’a conduite à éditer plusieurs livres bilingues, dont une anthologie de la poésie de Basse-Engadine : Aruè (Genève, Samizdat, 2015), rééditée à l’automne 2022 par les Éditions d’en bas. Aujourd’hui, toujours avec sa sœur, elle anime Les Troglodytes, une cabane d’édition qui continue de publier des poètes engadinois qu’elle traduit, notamment : üert fomantà (jardin affamé), de Flurina Badel, en 2021. Quand elle se retrouve sur les bords de l’Inn, la poésie lui vient en vallader.

Droits d'auteur

Licence Creative Commons – Attribution 4.0 International – CC BY 4.0